Bienvenue à bord!

Une expérience à vivre :
Embarquez à bord de la frégate Shtandart !

Le Shtandart est la réplique exacte d’un navire de guerre originellement construite par Pierre le Grand dans l’année 1703 afin d’assurer la défense d’une jeune St Pétersbourg.

La réplique qui sillonne aujourd’hui les mers d’Europe fut construite en 1999 par des bénévoles et a navigué en continu depuis. C’est un musée vivant, sur lequel des centaines de stagiaires de tous âges ont développé leurs compétences de navigation à voile. A bord, un travail passionnant au sein d’une équipe soudée dans une atmosphère sortie tout droit du 18e siècle.

C’est dans ce cadre que vous pouvez naviguer ! Une opportunité exceptionnelle pour découvrir la vie de marins et la navigation à voile parmi un équipage bienveillant habitué à transmettre son savoir. Retournez à la terre ferme avec vos compétences aiguisées, une confiance en soi fortifiée et bien sûre, de nombreuses histoires merveilleuses à raconter.

Une expérience maritime préalable n’est pas exigée. Si vous devez traverser les frontières pour nous rejoindre, nous vous fournirons un certificat de stagiaire qui vous permettra de justifier d’un déplacement professionnel.

Sur cette page se trouve toutes les informations dont vous avez besoin si vous désirez participer à un voyage ou si vous êtes curieux de la vie à bord




Inscription

Pour vous inscrire, cliquez en haut de la page à droite sur le gouvernail "Naviguez avec nous!" (https://www.shtandart.ru/fr/frigate/application/)
et choisissez votre voyage. Vous pouvez choisir une ou plusieurs étapes et rester avec nous aussi longtemps que vous le désirez !

Le premier chiffre dans la colonne des tarifs est destiné aux adultes de plus de 25 ans, le second aux enfants et aux adultes de moins de 25 ans.

Si vous êtes un habitué du Shtandart ou si vous embarquez pour plusieurs voyages, nous serons heureux de vous faire bénéficier d’un tarif spécial. Seul le versement d'un acompte est nécessaire, la totalité pourra être réglée ultérieurement. N'hésitez pas à nous envoyer un email à cette adresse : question@shtandart.ru

L’essentiel dans vos bagages

  • Passeport ou ID (indispensable pour les voyages internationaux)
  • Des habits pour tous les temps avec des vêtements chauds, imperméables et coupe-vent, de préférence légers et confortables. En cas de nécessité, nous avons à bord des vestes de quart et des combinaisons étanches et chaudes à enfiler par dessus tout le reste.
  • Des chaussures ou des bottes avec des semelles qui ne glissent pas sur le bois mouillé.
  • Des gants ou des mitaines pour éviter les ampoules à force de hisser les voiles.
  • Un sac de couchage.
  • Une serviette de toilette.
  • Votre trousse de toilette habituelle. N’oubliez pas la crème solaire ! En mer le soleil tape fort même à travers les nuages.
  • Nous avons une petite pharmacie à bord mais il est préférable de prendre votre propre petite trousse à pharmacie.

Toutes ces affaires doivent être contenues dans un sac qui ferme bien et ne craint pas trop l’eau (éviter les valises qui prennent de la place inutile une fois vide)

Il est inutile d’emporter de la nourriture. Les repas sont collectifs et les plats copieux. Une option végétarienne est généralement prévue.
Seul le Capitaine peut autoriser la consommation d'alcool à bord qui est interdite lors des temps de navigation pour des raisons évidentes de sécurité.
 

La vie à bord

L’anglais est de règle à bord. Il n’est cependant pas nécessaire de savoir parler anglais pour naviguer sur le Shtandart : le vocabulaire pour comprendre les ordres est peu étendu.

L’ensemble de l’équipage (hormis le Capitaine) est divisé en trois équipes (bordées, ou “watches” en anglais), baptisées du nom des mâts : il y a la “foremast watch”, la “main mast watch” et la “mizzen watch”, chacune sous la responsabilité des officiers. Les watchs sont généralement affectées au mât qui leur correspond.

Chacune des trois équipes est responsable de deux tranches espacées de 12h, toujours les mêmes: la foremast watch s’occupe des tranches 0-4h et 12-16h, tandis que la mainmast watch est responsable des tranches 4-8h et 16-20h et pour finir la mizzen watch est responsable de 8-12h et 20-24h.

Les watches sont chaque jour affectées à une tâche récurrente particulière, en boucle. Ces tâches sont: “galley”, c'est-à-dire affectée aux repas, “down below”, affecté au nettoyage de la cale et “deck” chargée du nettoyage des ponts.

Il est impératif d’être présent à l’heure au briefing le jour du départ. Ce premier briefing est non seulement l’occasion de faire connaissance avec le reste de l’équipage, mais c’est aussi à cette occasion que les trois équipes seront constituées et leur officiers désignés.

Le navire dispose de hamacs et de bannettes, de deux toilettes qui servent aussi les douches rudimentaires et de deux lavabos séparés.

Le petit fascicule du « Shtandart pour les nuls » peut vous être envoyé sur demande lors de votre inscription si vous souhaitez en savoir plus sur la vie à bord du Shtandart.

En espérant vous accueillir bientôt à bord du Shtandart !


La Frégate «Shtandart»
La frégate Shtandart, construite en 1703 d’après les plans du tsar Pierre 1er, est le premier navire de guerre de la flotte Baltique.

Tout commence à l’époque où Pierre 1er Le Grand, ainsi nommé car il mesurait deux mètres, entame de grands voyages pour étudier les savoirs européens en matière d’ingénierie, d’architecture et de construction navale. Désireux de renforcer l'alliance avec certains pays, il réorganise la Russie lui conférant ainsi le statut d’empire et l’intégrant comme un partenaire politique, militaire et intellectuel compétitif dans l’espace européen. Il fait bâtir Saint-Pétersbourg, nouvelle capitale impériale, symbole de l’ouverture vers l’Europe.

La Russie, ayant ainsi obtenue l’ouverture d’une nouvelle voie commerciale à travers la mer Baltique, ajoute cette quatrième mer à son drapeau impérial. En l’honneur du nouvel étendard, le premier et le plus grand vaisseau de la flotte Baltique est baptisé Shtandart. Le Shtandart fut ensuite conservé comme monument du génie maritime avant de se décomposer quelques années après le règne de Pierre 1er. 

Le nom « Shtandart » est lié à l’ouverture d’une nouvelle voie commerciale à travers la mer Baltique. En 1703 Pierre 1er a changé son étendard en ajoutant une quatrième mer sur la carte – c’était la mer Baltique. En l’honneur du nouvel étendard le premier vaisseau de la flotte Baltique a reçu le nom «Shtandart».

A partir de l’été de 1704, la flotte participait à la préparation de la défense de la ville en mesurant les profondeurs devant les fortifications de Kronslot.

Le baptême de feu du « Shtandart » eut lieu en 1705, quand l’amiral Russe a empêché les vaisseaux suédois de passer devant le fort Kronslot et de percer vers Saint-Pétersbourg.

En 1711 le navire est tombé en décrépitude suite à l’utilisation de bois humide ( pas suffisamment séché). Ainsi une partie du bordage et des couples ont été remplacés. Le « Shtandart » rénové continuait son service jusqu’en 1719, lorsque Pierre 1er donna l’ordre de le garder ad vitam æternam comme le premier-né de la flotte et monument du génie maritime. La frégate a alors été désarmée et amarrée dans le canal Kronverskaya comme musée. XX

En 1727 Catherine 1ière donna l’ordre de trainer le vaisseau sur la rive et de le restaurer. Mais l’eau et le temps avaient gravement endommagé le bateau et quand on a essayé de le monter avec des câbles il est tombé en pièces. Le « Shtandart » a alors été démoli. A cette occasion l’édit suivant a été promulgué : « A la mémoire de son nom, que Sa Majesté Pierre le Grand lui a donné, mettez la quille et construisez un nouveau navire ». Cet édit n’a été exécuté que depuis peu.

Depuis lors uniquement les yachts impériaux portaient encore le nom «Shtandart».

Le « Shtandart » contemporain est la réalisation d’un rêve

En 1994, sous l’impulsion de Vladimir Martus, de jeunes passionnés rêvent de faire revenir le Shtandart sur les rives de la Neva. Ils entreprennent alors la construction d’une réplique. Le projet attire de plus en plus de jeunes gens et devient assez vite une association éducative et patriotique. Tout le monde pouvait participer à la construction et joindre l’équipe unie qui, pour la première fois en 2000, prend la mer à bord du vaisseau reconstruit.


« Je pensais aux jeunes qui, au sortir des années 90’, manquaient de repères. J’avais envie de reconstruire le Shtandart avec eux, dans un esprit de solidarité et d’initiative, de faire naviguer un symbole porteur d’espoir et d’ouverture. »       V. Martus

Les plans de Pierre 1er n’existaient plus mais l’historien Viktor Krainyukov a étudié profondément toutes les sources trouvées dans les archives et a pu reconstituer l’image extérieure de ce vaisseau de guerre unique. 

Le nouveau «Shtandart» est une réplique exacte de l’ancien à l’exception de l’intérieur. Là, où à l’époque de Pierre 1er se trouvait la cale, où on gardait des tonneaux d’eau, des câbles de mouillage, des provisions, des boulets et de la poudre, se trouve maintenant l’équipement moderne nécessaire : deux moteurs diesel, une génératrice, des pompes de cale, des citernes ainsi que le carré, la cambuse et les postes d’équipage.

Au-dessus du pont-batterie tout est exact du point de vue historique : les mâts et mâts de flèche, les œuvres dormantes et courantes, le cabestan, les canons, les sculptures de décoration, la barre à roue et l’appareil à gouverner, les échelles, les passerelles, les écoutilles et les lucarnes sont faits comme à l’époque de Pierre 1er.

Année de construction: 

1999
Drapeau: Russie
Port d’attache: Saint-Pétersbourg
Longueur: 34,5 m
Hauteur des mâts: 33 m
Tirant d’eau: 3,3 m
Tonnage:220 t.
Gréement:
trois-mâts carré
Voilure: 660 m² (14voiles)
Motorisation: 2 Volvo Penta TAMD 122P 560 ch (240 kW)


Les détails du bateau

Le Drapeau

Voici les paroles de Pierre I «L’étendard est composé d’un aigle noir à deux têtes sur un champ jaune. Comme l’écusson de l’Empire de Russie il porte trois couronnes, deux royales et une impériale. Sur sa poitrine se trouve Saint George avec le dragon. En bas et en haut, il y a quatre cartes maritimes : près de la tête droite une carte de la mer Blanche, à gauche la mer Caspienne, près du pied droit la mer d’Azov, près du pied gauche il y a le golfe de Finlande avec la moitié du golfe de Botnie et une partie de la mer Baltique ».

La cloche de bord

Chaque jour à bord du « Shtandart » débute à huit heures par l’envoi des couleurs et huit coups de cloche.

Les hamacs

Les indiens des Caraïbes ont appris aux membres d’équipage de Christophe Colomb à faire des hamacs. A leur retour vers l’Europe, ils les utilisaient comme couchette. Cette invention indienne s’est vite répandue dans toutes les flottes d’Europe. Les marins de l’époque de Pierre 1er dormaient également dans des hamacs. Ils les roulaient le matin et les nouaient contre le bastingage comme protection supplémentaire dans le combat.

Sur le Shtandart moderne, l’équipage dort également dans des hamacs pendant l’été.

Le Compas

Malgré l’équipement de navigation moderne du Shtandart le compas magnétique reste l’instrument principal pour le timonier. C’est une aide indispensable par temps nuageux ou la nuit quand il est impossible de s’orienter à l’aide du soleil ou des étoiles.

La sculpture du bois

En décorant le Shtandart les sculpteurs ornementistes contemporains ont utilisé des illustrations des bateaux russes du XVIIIème siècle. L’étrave est traditionnellement décorée d’une figure de lion qui symbolise la puissance et la grandeur. L’arrière est orné d’une scène allégorique reflétant les premières victoires maritimes de la Russie, de l’écusson de Saint-Pétersbourg et de figures de saints-protecteurs des marins.

Piquer l’heure

A bord on pique les demi-heures. Le nombre de coups de cloche indique l’heure, en commençant avec la relève du quart toutes les quatre heures. A 8 h du matin on pique 8 heures (4 sons doubles), à 8h 30 on sonne une fois, à 9 h on sonne deux fois (un coup double), à 9h 30 on sonne trois fois (un coup double et un coup simple) et on continue de la même façon jusqu’à midi. Après midi on recommence la procédure.

La barre

Le « Shtandart » de Pierre 1er était un des premiers vaisseaux ayant une barre à roue, ce qui permettait de manœuvrer efficacement pendant les batailles. En plus son armement était plus puissant que celui des vaisseaux hollandais et anglais de l’époque.

Les Canons

Pour que le « Shtandart » moderne corresponde le plus possible à l’original, il était nécessaire de faire des répliques fonctionnantes des canons navales. La frégate de l’époque de Pierre 1er avait 28 canons, aujourd’hui il y en a 7. Les canons tirent pour saluer en entrant dans les ports et dans le cadre de reconstructions historiques. Les boulets de canon parcourraient la distance d’une mille et demi en 9 secondes.

google-site-verification: google2c561e2bc7ead5ce.html